Turquie: Recep Tayyip Erdogan, le persécuteur persécuté

Eyes on Europe & Middle East

  • Écrit par Nedim Gursel, écrivain turc vivant à Paris. Pour Libération.fr

Il est au pouvoir depuis quinze ans, omniscient et omniprésent. Il crève l’écran de toutes les chaînes de télévision avec sa moustache en amande dans notre soupe quotidienne. Avant, il nous disait ce que nous devions boire et manger, consommer plutôt du raisin que du vin par exemple, faire trois enfants plutôt que deux, ou encore être fiers de nos ancêtres ottomans qui ne descendaient jamais de cheval et qui avaient assiégé deux fois Vienne. Et qui n’hésitaient pas à tuer leur père ou leurs fils pour garder le pouvoir.

Il en fait de même, car il lui faut toujours un ennemi. De l’intérieur ou de l’extérieur, peu importe, mais un ennemi pour consolider son pouvoir. Il appelle cet ennemi, avec le chœur des journalistes devenus ses porte-parole, «l’intelligence suprême». Hier encore, il marchait main dans la main avec l’imam Gülen qu’il accuse aujourd’hui de l’avoir…

View original post 447 more words

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s